Accueil
À propos
Trouvez votre marché
Devenir marchand
Contactez-nous
   en
Marchés
Marchands
Portraits de famille
Marché Jean-Talon en ligne
Sacs et certificats-cadeaux
Produits
Recettes
Blogue
Arrivages
Carte
À propos
- Conseil d’administration
- Kiosques de la relève
Contactez-nous
- Devenir marchand
- Médias
- Questions et commentaires
Les Marchés Publics de Montréal
15 avril 2021

À la découverte de champignons envoutants

Tous les articles

À la découverte de champignons envoutants
Toujours à la recherche de produits uniques et spéciaux, nous sommes allés à la rencontre de Benoit St-Jacques, fin connaisseur des Jardins Sauvages du Marché Jean-Talon. Derrière son comptoir de champignons frais, il est prêt à nous partager son savoir.

Lactaire à odeur d’érable

« Contrairement à ce que le monde peut penser, ça ne pousse pas en dessous des érables ! », raconte Benoit en riant. En effet, ce champignon se retrouve en dessous des épinettes. Son fort arôme d’érable se goûte jusque sur nos papilles! Il est vendu séché puisque frais, il n’est pas comestible. Réduit en poudre, il s’ajoute facilement aux ingrédients secs de biscuits ou de gâteaux. « On peut aussi le réhydrater pour l’utiliser dans des parties liquides des recettes, que ce soit en crème glacée, crème brulée, panna cotta, caramel, etc. », énumère Benoit.

Il explique qu’au départ, le champignon était récolté uniquement pour le restaurant À la table des Jardins Sauvages puis le public s’est mis à s’y intéresser : « On a de plus en plus de demandes pour ce champignon-là ! » Dans un pot hermétique, il est possible de le garder pendant près d’un an.

Hydne hérisson

Mieux connu sous son nom anglophone Lion’s Mane, qui se traduit en français par crinière de lion, ce champignon est un merveilleux substitut pour le poulet. Son odeur et sa texture s’apparentent à la volaille. « J’ai une cliente, la semaine dernière, elle voulait faire un poulet général tao et elle a utilisé ça à la place. Elle est revenue cette semaine pour me dire : “C’est excellent !” », raconte notre expert. « On peut le défaire en petits bouquets, car c’est un champignon qui ressemble à du chou-fleur. On pourrait aussi le trancher pour ensuite le mettre dans un sandwich. »

Étant donné que le champignon est relativement mou, Benoit conseille de le cuisiner à la poêle : « Je fais moitié-moitié huile et beurre à feu moyen. Lorsque le beurre est fondu dans l’huile, je mets mes morceaux dans la poêle. Quand ça commence à colorer et rendre un peu moins d’eau, je baisse mon feu pour poursuivre la cuisson. » Évidemment, plus il est humide, plus il prendra de temps à cuire.

Polypore en touffe

On l’appelle aussi la poule des bois ou, en japonais, maïtake, qui signifie simplement champignon en touffe. « Comme il est relativement sec, il ne réduira pas beaucoup. C’est super intéressant parce que des fois, les gens vont voir le prix de certains champignons et s’arrêter là. Il faut penser au rendement après cuisson ! Le maïtake va garder environ 80 % du poids initial une fois cuisiné. »

Justement, il y a de nombreuses façons de l’apprêter. On peut le faire sécher, mariner, fumer, braiser, mijoter, etc. Mariné, il est parfait en salade ou en apéritif. On peut l’ajouter au rôti de palette, au bœuf bourguignon, à l’osso buco et même remplacer la viande du pâté chinois. « En termes de mariage de saveurs, ça peut accompagner n’importe quelle viande rouge. », conseille Benoit. « Si quelqu’un à la maison n’aime pas les champignons, c’est souvent à cause de la texture. Dans ces cas-là, je leur dis de terminer la cuisson du champignon avec un peu de gras de canard. Ensuite, avec une purée de pommes de terre, vous faites un parmentier et si vous ne dites pas un mot, les gens penseront que c’est juste du confit de canard ! »

Chaga

En nature, ce champignon pousse sur le bouleau jaune et ressemble à un morceau de bois brûlé sur l’arbre. Il se cueille l’hiver à des températures plus basses que -20°C afin d’en retirer le plus de propriétés antioxydantes. « Souvent, les gens vont commencer à l’utiliser en poudre parce que l’usage est plus facile. On a tout simplement à faire chauffer une tasse d’eau, infuser une cuillère à thé de poudre de chaga une dizaine de minutes puis filtrer avant de boire. » Puisque les grains sont fins, on en retire à peu près tous les bénéfices à la première infusion. Comme le thé, il est possible de faire une deuxième tasse un peu plus diluée. On note une saveur boisée à laquelle on peut ajouter une touche de sirop d’érable.

Plantes sauvages ; les arrivages

Ces temps-ci, les champignons vendus sont cultivés en serre. Les plantes sauvages, quant à elles, feront leur apparition au cours des prochains jours dépendamment de la température. « Il y aura l’érythrone d’Amérique, une plante qui se mange crue ou en salade. La feuille goûte le cantaloup et sa fleur est comestible. », explique Benoit. On retrouvera aussi la claytonie de Caroline qui se déguste de la même façon, mais qui goûte les pousses de maïs. Ce qui ne saurait tarder, ce sont définitivement les têtes-de-violons. « Elles s’en viennent probablement la semaine prochaine ! », nous signifie Benoit, tout souriant.

Les Jardins Sauvages sont les pionniers de la gastronomie forestière. Ils cueillent de manière durable des plantes sauvages comestibles et des champignons sauvages du Québec sous forme de produits frais, produits transformés et plats cuisinés. Retrouvez-les à notre kiosque au Marché Jean-Talon, ouvert à l’année.

Continuez votre lecture avec le portait de François Brouillard, fondateur de l’entreprise Les Jardins Sauvages et cueilleur des bois.

Partagez...


Haut de page

À lire également...

28 juillet 2021

Havre-aux-Glaces: Un glacier autodidacte

Enfant, Richard Lachapelle était déjà amateur de bonne crème glacée. Il n’aurait cependant jamais imaginé se retrouver un jour aux commandes d’une...

EN SAVOIR PLUS

14 juillet 2021

Ferme des Moissons: Vivre d’amour et d’ail frais

« Dans les petits pots les meilleurs onguents », « Small is beautiful », … autant de proverbes qui décrivent à merveille l’approche de Daniel Brais...

EN SAVOIR PLUS

29 juin 2021

Ferme Conrad Pitre: passion fraises

Des vrais de vrais. Voici ce que l’on peut dire des Pitre, maraîchers de pères en fils, qui ont pris racine sur une terre de Mercier depuis trois...

EN SAVOIR PLUS

23 juin 2021

Bières du Québec : notre grande histoire d’amour avec...

Qu’elles soient rousses, brunes ou blondes, fortes ou délicates, fruitées ou épicées, les bières font partie du quotidien des Québécois depuis...

EN SAVOIR PLUS

10 juin 2021

D’Adélard à Éliane Bélanger: 4 générations de...

Alors que la saison du barbecue s’amorce en force, il se trame quelque chose à la boucherie Adélard Bélanger et fils : la doyenne du Marché Atwater...

EN SAVOIR PLUS

9 juin 2021

Un resto pas comme les autres

Lundi matin. Derrière sa façade vitrée qui donne sur le boulevard Saint-Laurent, à Montréal, le Robin des Bois s’éveille. On est immédiatement charmé...

EN SAVOIR PLUS

28 mai 2021

Terrasses et tables de pique-nique : le grand retour!

Crédits photos : Vivien Gaumand Imaginez un soleil qui dore votre peau. Vous êtes confortablement assis. L’odeur de la nourriture chatouille vos narines....

EN SAVOIR PLUS

21 mai 2021

Lacroix : Profession horticulteur

Le boulevard Sainte-Rose, au nord de Laval, a bien changé depuis l’époque où Paul Lacroix y cultivait sa terre, il y a 70 ans. Entre les immeubles de...

EN SAVOIR PLUS
Infolettre Marchés Publics de Montréal

Recevez les nouvelles fraîches par courriel !


Nous ne partageons votre courriel avec quiconque,
pas plus que nous ne vendons cette information ou la promouvons à des tiers.