Accueil
À propos
Actualités
Événements
Communiqués de presse
Devenir marchand
Boutique
en
Marchés
Carte
Marchands
Kiosques de la relève
Portraits de famille
Recettes
Actualités
Événements
À propos
- Mission, Vision et Valeurs
- Tous à Table !
- Équipe
- Conseil d’administration
- Partenaires
- Offre d’emploi
Contactez-nous
- Devenir marchand
- Questions et commentaires
Les Marchés Publics de Montréal

Giancarlo Bono: La famille qui plantait des sapins

Tous les portraits

Giancarlo Bono: La famille qui plantait des sapins

Par un matin froid de novembre, alors que les rayons du soleil peinent à percer les nuages gris et que quelques flocons fendent l’air, le temps est au beau fixe au kiosque Sapins Chez Michel du Marché Jean-Talon. Avec un humour et une chaleur contagieuse, Giancarlo Bono et son frère Luigi s’affairent au milieu des sapins et autres décorations de Noël, comme l’ont fait leurs parents avant eux. La famille Bono est au cœur du marché de la Petite-Italie depuis plus de cinquante ans.

Vendant des fleurs et des légumes durant la belle saison, l’entreprise familiale passe aux sapins lorsque le froid s’installe. Une tradition solidement ancrée chez les Bono.

«J’ai passé ma vie dans les sapins», explique dans un éclat de rire Giancarlo, qui a commencé à aider ses parents dans les allées du marché alors qu’il n’avait que 8 ou 9 ans. Il en a aujourd’hui 39.

Ces trente ans de métier lui ont permis d’acquérir une connaissance aiguë de la vente, du service à la clientèle et de la culture de ces conifères.

L’art de la vente de sapins

Au kiosque Sapins Chez Michel, rien n’est laissé au hasard, que ce soit la disposition des sapins, les décorations ou encore la musique, qui varie en fonction du moment de la journée.

«C’est un art, résume avec un grand sérieux celui qui est aussi comédien à ses heures. Tout comme la vie est un art.»

Un art qui doit impérativement se déployer dans le plaisir, beau temps, mauvais temps.

«Si ce n’est pas un plaisir, tu ne fais pas cette job-là. C’est trop demandant et trop exigeant physiquement», dit le commerçant avant d’énumérer les aléas de la vente en plein air : le froid, les intempéries, les employés à guider, les journées de 12 heures…

Pour Giancarlo Bono, les joies du métier compensent amplement ces petits désagréments. D’abord, il y a la joie de travailler en famille avec ses frères Luigi et Antonino, comme il l’a fait plus jeune avec son père et sa mère, dont il parle avec amour et admiration. «Passer du temps avec ses parents, c’est un privilège», selon lui.

Puis, il y a la joie que procure le fait de «vendre du vivant». «Regarder quelque chose pousser, c’est une des plus belles choses qu’un être humain puisse vivre, affirme celui qui cultive une bonne partie de ses sapins sur la terre familiale de Weedon, en Estrie. Le rapport avec la terre, c’est direct. C’est la plus grande spiritualité, vécue à travers le corps et non la tête. Ce don de la terre créé un lien entre deux humains, moi et le client.»

Un moment précieux

Sapins Chez Michel a ses clients fidèles qui viennent choisir leur arbre année après année, parfois depuis des décennies. Là encore, le lien est précieux.

«Même si ça fait 11 mois et 29 jours que je n’ai pas vu un client, quand il arrive au kiosque, c’est comme si ça datait d’hier, raconte Giancarlo. Comme une amitié qui dure depuis longtemps. Le lien est tellement fort puisque ce qui nous unit, c’est le summum de l’année : Noël, la fête de l’amour.»

Une fête qui prend une importance renouvelée en cette époque de pandémie et de distanciation physique. Giancarlo Bono s’attend d’ailleurs à ce que les Montréalais décorent comme jamais pour contrer la morosité et la distance.

«Le manque de contacts humains n’aura jamais été aussi criant. Quand tu as un vide intérieur, tu dois le remplir. Noël peut servir à ça. La COVID fait réfléchir à ce qui nous lie, que ce soit la terre ou les humains. Il faut prendre soin de la qualité de nos liens et les Fêtes sont là pour ça.»

Giancarlo et ses frères se font donc un point d’honneur, encore plus cette année, à ce que le moment qu’ils passeront avec leurs clients pour le choix de leur sapin soit un moment mémorable.

Par ici pour commander votre sapin naturel en ligne.

Texte de Benoit Valois-Nadeau, cariboumag.com
Photo de Daphné Caron


Découvrez les autres PORTRAITS DE FAMILLE


 

La grande famille des Marchés publics de Montréal est forte des producteurs, des marchands et des artisans qui la composent. Depuis des années et des générations, ils se lèvent tôt, expérimentent, ratent parfois, recommencent tout le temps, veillent, récoltent et réussissent ! Jour après jour, ils se tiennent fièrement debout derrière leurs étals comme au bout d’une table où ils nous invitent à manger. Ils sont le cœur et l’âme d’un marché, l’essence de sa personnalité, la raison pour laquelle on a envie d’y retourner. La série Portrait de famille tient à rendre hommage et à raconter l’histoire de ces piliers de nos Marchés publics.

 

Ce projet a été financé par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation dans le cadre du Programme d’appui au développement de l’agriculture et de l’agroalimentaire en région.

Partagez...


Haut de page

Infolettre Marchés Publics de Montréal

Recevez les nouvelles fraîches par courriel !


Nous ne partageons votre courriel avec quiconque,
pas plus que nous ne vendons cette information ou la promouvons à des tiers.