Accueil
À propos
Trouvez votre marché
Devenir marchand
Événements
Médias
Contactez-nous
   en
Marchés
Marchands
 
Portraits de famille
Marché Jean-Talon en ligne
Sacs et certificats-cadeaux
Produits
Recettes
Actualités
Arrivages
Carte
À propos
- Nos partenaires
- Notre équipe
- Conseil d’administration
- Offre d’emploi
- Kiosques de la relève
Événements
Médias
Contactez-nous
- Devenir marchand
- Questions et commentaires
Les Marchés Publics de Montréal

Mélissa Dauphinais, l’expression de la relève agricole du Marché Atwater !

Tous les portraits

Mélissa Dauphinais, l’expression de la relève agricole du Marché Atwater !

Les marchés publics de Montréal ont quelque chose d’intemporel. En se baladant dans le beau bâtiment art déco et parmi les kiosques qui entourent le marché Atwater, il est facile de se transposer à une autre époque. Toutefois, ce lieu mythique est plus animé que jamais grâce à de jeunes producteurs et artisans qui y insufflent une bonne dose de passion. C’est le cas de la pétillante Mélissa Dauphinais, à la tête des Fruits de la relève.

En regardant Mélissa aller lors de notre visite, en fin de journée, on en perd presque haleine. En l’espace de cinq minutes, nous la voyons servir la clientèle, répondre à des questions de ses employées, remplir les étals, fournir des tomates moches à sa voisine pour une opération à venir de cannage, se faire offrir des pains et des beignets invendus d’autres commerçants et trouver le temps d’encourager une jeune fille venue tenir un kiosque de limonade pour le week-end. Et tout cela avec le sourire, après 12 heures de travail intense, en pleine canicule. Quelle énergie!

Mélissa a de qui tenir : sa grand-mère, décédée récemment, occupait déjà avec son mari des kiosques de petits fruits au marché Bonsecours et au marché Central en plus d’élever 11 enfants, de s’occuper des champs et de faire seule, dans son gros camion, des allers-retours avec l’Abitibi pour y chercher des cageots de bleuets! «Les gens me parlent encore d’elle, c’est fou!» lance l’entrepreneuse de 35 ans, fière représentante de la troisième génération à œuvrer sur la terre familiale, située à Hemmingford.

 

Un kiosque aux couleurs du Québec

Mélissa Dauphinais connaît le marché Atwater comme le fond de sa poche pour y avoir longtemps aidé son père. Elle y a même tenu un premier petit kiosque à l’âge de 11 ans. Mais elle est vraiment tombée amoureuse de l’agriculture il y a 10 ans, alors qu’elle venait d’achever des études en réinsertion sociale. «Je suis venue donner un coup de main à ma sœur, qui m’a depuis cédé son kiosque, en attendant de savoir ce que j’allais faire concrètement. Puis j’ai commencé à planter sur notre terre familiale de l’ail et des tomates. C’est là que je me suis rendu compte que j’adorais ça. À tel point que j’étais encore à quatre pattes dans les champs deux jours avant d’accoucher!» raconte l’agricultrice, qui s’est depuis spécialisée dans la culture des tomates ancestrales et cerises, en plus de produire du miel que s’arrachent les visiteurs du marché.

Le kiosque de Mélissa est ouvert de fin juin à fin octobre. On y trouve des petits fruits du Québec (fraises de l’île d’Orléans, bleuets, framboises) de même que de l’ail, de la fleur d’ail et des fines herbes produits par son père. S’ajoutent à l’offre des légumes et des fruits (dont des pêches) provenant de petits producteurs montérégiens. «Je travaille avec les mêmes fermes depuis des années, en plus d’encourager celles de la relève, comme le Collectif Giroflée ou de petits agriculteurs bios qui n’ont pas le temps de cultiver leur terre et de tenir un kiosque dans un marché», indique-t-elle.

 

Marché d’hier, marché d’aujourd’hui

Mélissa est fière de faire partie d’une relève de plus en plus présente dans les marchés. «Je trouve ça stimulant, dit-elle. Les jeunes qui sont ici n’ont pas été forcés à devenir agriculteurs. Ils l’ont fait par choix, ils veulent être là, ils ont plein d’idées et sont passionnés. C’est vraiment beau de les voir aller.»

L’agricultrice apprécie le climat rassembleur, voire fraternel, qui règne au sein de son marché depuis toujours. On le décèle d’ailleurs au premier coup d’œil. «Il y a une belle entraide entre nous au quotidien, confirme Mélissa. Nos voisins sont toujours là pour nous épauler. C’est précieux.»

 

L’humain avant tout

L’ambiance rassembleuse qui règne entre les commerçants du marché se transmet au public. «J’adore ce contact privilégié avec mes clients, indique l’agricultrice. Il existe une réelle proximité entre nous; je connais leur vie et les accompagne. Au-delà de mon rôle nourricier, j’aime aussi assumer ce rôle humain au marché.»

Ce penchant social, Mélissa Dauphinais le cultive toujours, que ce soit au marché, avec sa clientèle, ses employées et ses voisins de kiosque, ou bien sur ses terres, avec des groupes de jeunes aux besoins divers qu’elle accueille ponctuellement. «L’agriculture et l’apiculture, c’est quelque chose de concret et de bénéfique, dit-elle. Ça me rend heureuse d’aider les jeunes à se ressourcer et à se recentrer.» Un jour peut-être, Mélissa consacrera une partie de son temps à de la réinsertion sociale à la campagne. Mais d’ici là, elle regorge d’idées pour faire grandir ses Fruits de la relève et animer ce marché Atwater qu’elle aime tant.

 

Questions en rafale

La chose qui vous motive à vous lever si tôt le matin?

Je m’engage dans un marathon de fin juin à fin octobre, et je le vis à fond. Mais je ne me lèverais pas aussi tôt le reste de l’année!

Votre plus beau souvenir à la ferme?

Mes plus beaux souvenirs sont liés aux jeux que nous faisions avec mon frère et ma sœur ainsi qu’avec mes cousins et cousines qui vivaient tout près. Nous grimpions aux arbres, construisions des châteaux forts, jouions au hockey sur glace. Notre ferme était vraiment un lieu de rassemblement très plaisant!

Un produit incontournable à se procurer quand on visite votre kiosque?

Les tomates ancestrales parce qu’elles sont vraiment délicieuses. Leur peau est plus fine et elles ont plus de saveur que les tomates conventionnelles. J’adore les manger de façon toute simple, coupées en tranches, avec de la mozzarella fraîche et un filet d’huile d’olive.

 

VOIR TOUS LES PORTRAITS DE FAMILLE

 

  

 

 

Texte de Sophie Ginoux, magazine Caribou.
Photos de Maude Chauvin.


La grande famille des Marchés publics de Montréal est forte des producteurs, des marchands et des artisans qui la composent. Depuis des années et des générations, ils se lèvent tôt, expérimentent, ratent parfois, recommencent tout le temps, veillent, récoltent et réussissent ! Jour après jour, ils se tiennent fièrement debout derrière leurs étals comme au bout d’une table où ils nous invitent à manger. Ils sont le cœur et l’âme d’un marché, l’essence de sa personnalité, la raison pour laquelle on a envie d’y retourner. La série Portrait de famille tient à rendre hommage et à raconter l’histoire de ces piliers de nos Marchés publics.


Ce projet a été financé par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation dans le cadre du Programme d’appui au développement de l’agriculture et de l’agroalimentaire en région.

Partagez...


Haut de page

Infolettre Marchés Publics de Montréal

Recevez les nouvelles fraîches par courriel !


Nous ne partageons votre courriel avec quiconque,
pas plus que nous ne vendons cette information ou la promouvons à des tiers.