Accueil
À propos
Trouvez votre marché
Devenir marchand
Contactez-nous
   en
Marchés
Marchands
Portraits de famille
Marché Jean-Talon en ligne
Sacs et certificats-cadeaux
Produits
Recettes
Blogue
Arrivages
Carte
À propos
- Conseil d’administration
- Kiosques de la relève
Contactez-nous
- Devenir marchand
- Médias
- Questions et commentaires
Les Marchés Publics de Montréal
26 février 2021

Une matinée avec Philippe Labelle-Picard à la cabane Au Pied de Cochon

Tous les articles

Une matinée avec Philippe Labelle-Picard à la cabane Au Pied de Cochon

Les restaurateurs comme leurs fournisseurs ont eu la vie dure depuis presque un an. Heureusement, grâce à la mise en place de menus pour emporter, les cuisines ont pu continuer à produire et les chefs, à s’approvisionner auprès des producteurs et artisans.

C’est le cas de Philippe Labelle-Picard chef depuis la dernière année de la cabane à sucre Au Pied de Cochon et qui fréquente assidûment les Marchés publics de Montréal en quête des meilleurs produits du Québec. Des produits qui sont d’ailleurs la marque de commerce de l’iconique groupe Pied de Cochon et de son créateur Martin Picard, dont la présentation n’est plus à faire tant il s’est attiré d’éloges, nationales comme internationales, au fil des années.

Tout comme le restaurant éponyme de Montréal, considéré comme une des meilleures tables en Amérique du Nord, la Cabane Au pied de Cochon s’est avérée une précurseure, puisqu’elle a été la toute première à conjuguer concept de cabane à sucre et gastronomie ludique. Mêlant réinvention de classiques québécois et exploration gourmande d’autres cultures culinaires, la Cabane est un lieu très prisé par les foodies, qui s’y pressent d’ordinaire chaque printemps et chaque automne.

D’ailleurs, on y mitonne déjà de nombreux produits en vente sur le site Web du groupe : tartes et tourtière, cretons, bines au canard, menu complet et, bien sûr, une panoplie de produits à base d’érable (tarte, tire, beurre, fudge, lait concentré, alcools, etc.), l’ingrédient roi des cabanes à sucre et de Philippe Labelle-Picard, qui adore le travailler sous toutes ses formes.

Alors, à l’aube d’une nouvelle saison des sucres qui sera, tout comme en 2020, sans doute différente de celles que nous affectionnons, nous nous sommes entretenus avec ce chef passionné de produits frais des marchés publics.

Quel est votre rôle au sein de la Cabane Au Pied de Cochon ?

Je suis responsable de la cuisine. Je m’occupe de la planification des nouveaux menus, du développement de nouveaux produits, de la préparation des mets pour la boutique PDC. Je gère aussi l’équipe de cuisine, ce qui représente un défi en soi dans une industrie qui souffrait déjà avant la pandémie de pénurie de personnel. St-Benoît de Mirabel, ce n’est pas Montréal.


Deux employés sectionnent les parties du porc qui provient de l’élevage porcin de la cabane.

Comment se développent les nouvelles recettes au sein de la Cabane?

Tout est fait collégialement ici, sur la terre de la cabane comme en cuisine. Une idée de plat peut provenir d’une personne qui se cuisine quelque chose au bord d’un feu dehors, puis se rendre jusque sur le menu de la cabane. Si l’histoire derrière le plat est bonne et qu’il est bon, il contribuera au processus créatif. Cette approche découle de la vision de Martin et de ses goûts. On peut s’inspirer de ce qu’on voit à gauche et à droite, mais c’est lui qui va avoir le mot final. C’est lui la pierre angulaire du Pied de Cochon.

Est-ce que l’environnement de la cabane vous inspire pour créer ?

Oui, et c’est parfois beaucoup à gérer! Ici, on suit les deux périodes clés : la saison des sucres, et donc de l’érable, et la saison des pommes. Ces deux produits sont extraordinaires et on adore les intégrer partout. De plus, comme nous devons ajuster nos menus pour des milliers de convives, c’est tout un défi. On cuisine littéralement pour tout le Québec !



Philippe Labelle-Picard dans le verger à l’arrière de la Cabane d’à côté, le second restaurant sur la terre de la Cabane Au Pied de Cochon.

Le fait d’avoir grandi dans le milieu de la restauration contribue-t-il à votre passion pour la cuisine ?

Je ne savais pas au départ que je travaillerais dans ce milieu-là. Je suis allé étudier en gestion de commerce jusqu’à ce qu’au fil d’une discussion, Martin me fasse réaliser que j’avais peut-être fait un choix sans conviction. Il m’a dit : « Qu’est-ce que tu vas gérer ?», « Ça va être quoi ton commerce ?». J’étais bouche bée, je n’avais aucune réponse à lui donner. Ça m’a ouvert les yeux. J’ai finalement abandonné le cégep et je suis allé travailler en boulangerie à la Cabane. Et là, j’ai commencé à baigner dans le milieu qui me convenait. Ma passion pour ce métier s’est développée au fil de mon apprentissage sur place. Donc, au final, on peut effectivement dire que ma proximité avec ce milieu a contribué à ce que je fais aujourd’hui.

Comment faites-vous pour être toujours inspiré par les produits du terroir ?

On fait de la cuisine de saison et c’est ce qui nous inspire. On tente constamment de présenter les ingrédients aux gens d’une façon qu’ils connaissent moins et qui nous surprend nous-mêmes. Par exemple, le sirop d’érable est un ingrédient qui fait partie de notre héritage et que l’on peut utiliser autant dans des recettes salées que sucrées. On aime travailler avec ce qu’il y a autour de nous. Le matin, on passe par le Marché Jean-Talon et on demande aux marchands quels sont les légumes du moment. Nous sommes proches des producteurs et travaillons à partir de ce qu’ils ont en stock.



Quel est ton type de sirop préféré ?

Ça dépend de mon humeur. Si je fais des fèves au lard, j’ai besoin d’un sirop de fin de saison qui va bouillir plus longtemps. Il a une consistance différente et une amertume qui se marie bien avec la viande et les aromates des fèves au lard. Avec un sirop clair qui goûte le sucre à la crème, on peut faire quelque chose de simple qui nous permettra de vraiment savourer le produit, comme de la tire sur neige. Quant au meilleur sirop que j’aie jamais goûté, eh bien il s’agit de celui d’une cabane à sucre où l’acériculteur le cuisait sur un feu de bois. Il goûtait la fumée, le bois et la caramélisation, c’était fantastique !

Après les produits en épicerie, les livres de cuisine, les nombreux restaurants, l’émission de télé, etc. Quel est ton souhait pour le Pied de Cochon ?

J’ai envie que l’on continue à cuisiner avec le sirop d’érable, les pommes et les produits du terroir. Et j’aimerais qu’après la pandémie, on montre qu’au-delà des produits et des menus à emporter, la Cabane Au pied de cochon est avant tout un restaurant qui fait de beaux menus et qui dispose d’une équipe exceptionnelle qui travaille fort. Mon but, c’est de recommencer la restauration et de refaire venir les gens à Saint-Benoit-de-Mirabel.

Rendez-vous pris Philippe ! Et dans l’attente, nous pourrons commander les plats, menus et produits du groupe du Pied de Cochon, ainsi que ceux de toutes les cabanes à sucre participantes sur la plateforme Ma cabane à la maison. Et bien sûr, les acériculteurs qui proposent leurs merveilleux produits dans nos marchés publics montréalais !

Photos de Vivien Gaumand

Un texte de Sophie Ginoux du magazine Caribou

Photos de Vivien Goumand

La grande famille des Marchés publics de Montréal est forte des producteurs, des marchands et des artisans qui la composent. Depuis des années et des générations, ils se lèvent tôt, expérimentent, ratent parfois, recommencent tout le temps, veillent, récoltent et réussissent ! Jour après jour, ils se tiennent fièrement debout derrière leurs étals comme au bout d’une table où ils nous invitent à manger. Ils sont le cœur et l’âme d’un marché, l’essence de sa personnalité, la raison pour laquelle on a envie d’y retourner. La série Portrait de famille tient à rendre hommage et à raconter l’histoire de ces piliers de nos marchés publics.

Ce projet a été financé par l’entremise du Programme Proximité, mis en œuvre en vertu du Partenariat canadien pour l’agriculture, selon une entente conclue entre les gouvernements du Canada et du Québec.


Partagez...


Haut de page

À lire également...

14 juillet 2021

Ferme des Moissons: Vivre d’amour et d’ail frais

« Dans les petits pots les meilleurs onguents », « Small is beautiful », … autant de proverbes qui décrivent à merveille l’approche de Daniel Brais...

EN SAVOIR PLUS

29 juin 2021

Ferme Conrad Pitre: passion fraises

Des vrais de vrais. Voici ce que l’on peut dire des Pitre, maraîchers de pères en fils, qui ont pris racine sur une terre de Mercier depuis trois...

EN SAVOIR PLUS

23 juin 2021

Bières du Québec : notre grande histoire d’amour avec...

Qu’elles soient rousses, brunes ou blondes, fortes ou délicates, fruitées ou épicées, les bières font partie du quotidien des Québécois depuis...

EN SAVOIR PLUS

10 juin 2021

D’Adélard à Éliane Bélanger: 4 générations de...

Alors que la saison du barbecue s’amorce en force, il se trame quelque chose à la boucherie Adélard Bélanger et fils : la doyenne du Marché Atwater...

EN SAVOIR PLUS

9 juin 2021

Un resto pas comme les autres

Lundi matin. Derrière sa façade vitrée qui donne sur le boulevard Saint-Laurent, à Montréal, le Robin des Bois s’éveille. On est immédiatement charmé...

EN SAVOIR PLUS

28 mai 2021

Terrasses et tables de pique-nique : le grand retour!

Crédits photos : Vivien Gaumand Imaginez un soleil qui dore votre peau. Vous êtes confortablement assis. L’odeur de la nourriture chatouille vos narines....

EN SAVOIR PLUS

21 mai 2021

Lacroix : Profession horticulteur

Le boulevard Sainte-Rose, au nord de Laval, a bien changé depuis l’époque où Paul Lacroix y cultivait sa terre, il y a 70 ans. Entre les immeubles de...

EN SAVOIR PLUS

17 mai 2021

Ici, on propulse la relève agroalimentaire!

Les Kiosques de la relève ont accueilli pour la première fois des producteurs agricoles ce week-end! Ces étals, conçus par Kermesse, clés en main et...

EN SAVOIR PLUS
Infolettre Marchés Publics de Montréal

Recevez les nouvelles fraîches par courriel !


Nous ne partageons votre courriel avec quiconque,
pas plus que nous ne vendons cette information ou la promouvons à des tiers.