Accueil
À propos
Trouvez votre marché
Devenir marchand
Contactez-nous
   en
Marchés
Marchands
Portraits de famille
Marché Jean-Talon en ligne
Sacs et certificats-cadeaux
Produits
Recettes
Blogue
Arrivages
Carte
À propos
- Conseil d’administration
- Kiosques de la relève
Contactez-nous
- Devenir marchand
- Médias
- Questions et commentaires
Les Marchés Publics de Montréal
14 juillet 2021

Ferme des Moissons: Vivre d’amour et d’ail frais

Tous les articles

Ferme des Moissons: Vivre d’amour et d’ail frais
« Dans les petits pots les meilleurs onguents », « Small is beautiful », … autant de proverbes qui décrivent à merveille l’approche de Daniel Brais et Judith Canaff, producteurs d’ail et propriétaires de la Ferme des Moissons, en Montérégie.

Le couple, qui a pris la relève des parents de Daniel en 1994, possède quelque 80 arpents de terre à Saint-Urbain-Premier, près de Mercier. De ce nombre, une douzaine sont consacrés à la culture de l’ail sous toutes ses formes, et six à d’autres aliments comme les haricots, les betteraves et une multitude de fines herbes. Le reste est loué à leurs voisins qui y cultivent des légumes.

En comparaison, la ferme québécoise moyenne fait un peu plus 330 arpents. La Ferme des Moissons est petite et les propriétaires n’en font pas de complexes! « C’est petit, familial, et on veut garder ça de même! » dit d’emblée Daniel Brais, sympathique gaillard qui poursuit la tradition agraire amorcée par son grand-père.

Daniel et Judith sont les seuls à y travailler à temps plein. Bien sûr, ils peuvent compter sur l’aide d’ouvriers agricoles et de membres de la famille lors des périodes de pointe, mais le nombre de travailleurs au champ ne dépassent jamais la dizaine. « Nos parents nous donnent encore un coup de main. À 79 ans, ma mère est aussi bonne que moi sur un tracteur, c’est drôle à voir! » explique Daniel, en riant.

À la ferme, une bonne partie des travaux s’effectue à la main. Une question de coût, mais aussi de philosophie. « Je ne veux pas avoir des dizaines d’employés et que ça devienne impersonnel, insiste Judith, souriante. Je veux être avec mes travailleurs, à quatre pattes dans le champ. Je ne veux pas jouer à la boss, je veux être proche de mon monde et m’assurer de la qualité de mon produit. »

Le travail à la main est aussi tout indiqué pour l’ail, plante fragile qu’il faut récolter délicatement pour ne pas endommager la tête. La famille Brais a été l’une des premières à cultiver l’ail au Québec. Au fil du temps, c’est même devenu la spécialité de la ferme, qui en fait pousser depuis deux générations. « L’ail, c’est quelque chose qui nous a toujours bien réussi, quelque chose qui nous passionne. En agriculture, si on a la passion et qu’on veut la garder, il faut faire pousser les choses qu’on aime », soutient Daniel Brais.

Le duo en cultive plusieurs variétés qui se distinguent par le moment de la plantation – au printemps ou à l’automne –, leur physionomie – ail à collet mou ou à collet dur – ou même leur couleur – ail noir ou ail rose. Flavor, Messidor, Arno… autant d’espèces qui se retrouvent en vedette au kiosque du Marché Jean-Talon que la ferme occupe depuis des dizaines d’années. « On a des clients qui viennent chercher leur ail chez nous depuis l’époque de mon père. D’autres viennent d’aussi loin que Québec ou Gatineau pour s’approvisionner au kiosque », mentionne fièrement Daniel.

Une question d’équilibre

Daniel et Judith, tous deux dans la cinquantaine, travaillent ensemble depuis une trentaine d’années après avoir complété leur parcours universitaire. Pendant que Judith supervise la production au champ, Daniel gère le kiosque et les livraisons. Le secret de leur succès en couple comme en agriculture? L’équilibre. « Le fait que lui s’occupe du marché et moi des champs, c’est comme si on allait au travail chacun de notre côté », illustre Judith.

Le duo est tout de même en communication constante (ils se parlent «1000 fois par jour », rigole Judith) pour gérer les opérations. Mais lorsque la journée s’achève après de longues heures de travail, le tandem passe à autre chose. « Au fil des années, on a pris des décisions pour avoir une vie équilibrée. Par exemple, on ferme le kiosque chaque lundi. Ça nous fait un petit week-end et ça nous permet de recharger nos batteries et de garder la passion. Une fois qu’on a fini notre journée de travail, on a une vie à vivre aussi! » souligne Daniel.

Cette vie bien remplie leur a apporté deux enfants, aujourd’hui dans la vingtaine. Pour l’instant, les rejetons ne sont pas intéressés à reprendre la terre familiale. Cette perspective n’inquiète pas outre mesure leurs parents. « Ils viennent de terminer leurs études. Ils ne prendront pas la relève pour le moment, mais ils peuvent faire ce choix plus tard», soutient Judith. « Peu importe leur décision, ça ne nous déçoit pas du tout, ajoute son conjoint. C’est leur choix. Dans la vie, c’est important de faire ce qu’on aime le plus. On leur a toujours dit : si vous revenez à la ferme, on va travailler plus longtemps pour vous aider. Et si vous ne revenez pas, on va peut-être prendre notre retraite plus rapidement! »

Questions en rafale à Daniel Brais

Quelques mots pour décrire l’ambiance du marché…

Une belle ambiance conviviale et amicale. C’est comme un petit village!

Un produit à se procurer absolument à votre kiosque?

L’ail, évidemment. Et les haricots français, de plus en plus populaires.

Qu’est-ce qui vous motive à vous lever si tôt le matin?

On n’a pas le choix ! J’aime bien aménager le kiosque pour bien recevoir les clients. C’est devenu ma routine au fil du temps.



Un texte de Benoit Valois-Nadeau, magazine Caribou

Photos de Dominique Viau, BODOÜM photographie

La grande famille des marchés publics de Montréal est forte des producteurs, des marchands et des artisans qui la composent. Depuis des années et des générations, ils se lèvent tôt, expérimentent, ratent parfois, recommencent tout le temps, veillent, récoltent et réussissent ! Jour après jour, ils se tiennent fièrement debout derrière leurs étals comme au bout d’une table où ils nous invitent à manger. Ils sont le cœur et l’âme d’un marché, l’essence de sa personnalité, la raison pour laquelle on a envie d’y retourner. La série Portrait de famille tient à rendre hommage et à raconter l’histoire de ces piliers de nos marchés publics.

Ce projet a été financé par l’entremise du Programme Proximité, mis en œuvre en vertu du Partenariat canadien pour l’agriculture, selon une entente conclue entre les gouvernements du Canada et du Québec.


Partagez...


Haut de page

À lire également...

28 juillet 2021

Havre-aux-Glaces: Un glacier autodidacte

Enfant, Richard Lachapelle était déjà amateur de bonne crème glacée. Il n’aurait cependant jamais imaginé se retrouver un jour aux commandes d’une...

EN SAVOIR PLUS

14 juillet 2021

Ferme des Moissons: Vivre d’amour et d’ail frais

« Dans les petits pots les meilleurs onguents », « Small is beautiful », … autant de proverbes qui décrivent à merveille l’approche de Daniel Brais...

EN SAVOIR PLUS

29 juin 2021

Ferme Conrad Pitre: passion fraises

Des vrais de vrais. Voici ce que l’on peut dire des Pitre, maraîchers de pères en fils, qui ont pris racine sur une terre de Mercier depuis trois...

EN SAVOIR PLUS

23 juin 2021

Bières du Québec : notre grande histoire d’amour avec...

Qu’elles soient rousses, brunes ou blondes, fortes ou délicates, fruitées ou épicées, les bières font partie du quotidien des Québécois depuis...

EN SAVOIR PLUS

10 juin 2021

D’Adélard à Éliane Bélanger: 4 générations de...

Alors que la saison du barbecue s’amorce en force, il se trame quelque chose à la boucherie Adélard Bélanger et fils : la doyenne du Marché Atwater...

EN SAVOIR PLUS

9 juin 2021

Un resto pas comme les autres

Lundi matin. Derrière sa façade vitrée qui donne sur le boulevard Saint-Laurent, à Montréal, le Robin des Bois s’éveille. On est immédiatement charmé...

EN SAVOIR PLUS

28 mai 2021

Terrasses et tables de pique-nique : le grand retour!

Crédits photos : Vivien Gaumand Imaginez un soleil qui dore votre peau. Vous êtes confortablement assis. L’odeur de la nourriture chatouille vos narines....

EN SAVOIR PLUS

21 mai 2021

Lacroix : Profession horticulteur

Le boulevard Sainte-Rose, au nord de Laval, a bien changé depuis l’époque où Paul Lacroix y cultivait sa terre, il y a 70 ans. Entre les immeubles de...

EN SAVOIR PLUS
Infolettre Marchés Publics de Montréal

Recevez les nouvelles fraîches par courriel !


Nous ne partageons votre courriel avec quiconque,
pas plus que nous ne vendons cette information ou la promouvons à des tiers.